Passa alle informazioni sul prodotto
1 su 11

obsidian dragon

Grand Phurba bouddhiste vajrayana tibetain. Bronze. Dague rituelle

Grand Phurba bouddhiste vajrayana tibetain. Bronze. Dague rituelle

Prezzo di listino €440,00 EUR
Prezzo di listino Prezzo scontato €440,00 EUR
In offerta Esaurito
Imposte incluse. Spese di spedizione calcolate al check-out.
Grand Phurba bouddhiste vajrayana tibetain.

Bronze. Dague rituelle pour chasser les démons.

Pièce artisanale authentique et rare.

Par maitre bronzier, artisan qualifié dans la création d'objets rituels du
bouddhisme vajrayana

Dimension du phurba: Longueur 55cm largeur de 17cm Poids de 2,400KG

Grande pièce livrée avec son socle.

PHURBA
Le Phurba est une dague pour vaincre les démons. Elle fut introduite dans le
bouddhisme tibétain par Phadmasambhava et est un symbole de transmutation des
forces négatives.

Souvent faite de pierres, d’os, ou encore de fer, les dagues de Phurba des
temples tibétains Bouddhisme sont facilement reconnaissables par leur lame à
triple face. Utilisé dans les rituels pour chasser les esprits indésirables, le
Phurba agit de manière spirituelle pour immobiliser les esprits démoniaques et
parfois les tuer dans l’espoir qu’ils se réincarnent en de meilleurs lieux.
Chaque composant du Phurba a sa propre signification.

La lame de la dague représente la méthode, avec chacun des trois côtés
représentant les mondes à trois esprits. La pointe les réconciliant tous les
trois pour former un axe mondial harmonieux. La conception à triple-lames est
également destinée à transformer simultanément les trois poisons du monde en
énergies positives.

Ces poisons sont l’ignorance, l’avidité et l’agression. Des ennemis du
Bouddhisme qui peuvent exiger une vie entière à surmonter dans la quête de
l’éclaircissement. La lame est souvent vue comme indestructible et allumé avec
un feu pour brûler au-dessus de la haine.

La poignée du Phurba représente la sagesse et est souvent modelée comme un bulbe
à huit faces avec des nœuds symétriques à chaque extrémité. Il existe diverses
interprétations à la présence de ces nœuds. De la conviction que le Nirvana est
enfermé à l’intérieur, à la croyance que les différentes sections des nœuds
contiennent les paradis de plusieurs dieux.

En allant jusqu’au désir d’une forme informe, représentant le fait d’être
informe au royaume des Bouddhas. Le sommet de la poignée affiche souvent les
trois divinités courroucées de Yamantaka, Amrita Kundalini, et Hayagriva.
Yamantaka, le visage de couleur blanche, symbolise le corps et la destruction de
la haine. Amrita, le visage coloré en bleu, symbolise l’esprit et la destruction
de l’illusion. Hayagriva, le visage de couleur rouge, symbole de la parole et la
destruction de la cupidité.

Dans de nombreuses illustrations, la dague de Phurba est représentée sous une
forme simple, en raison de sa petite taille.
Cependant, dans sa forme tridimensionnelle, cette lame minuscule est le plus
souvent représentée avec de nombreux symboles bouddhistes et démontre sa
concentration sur la purge du mal.

Vajrakilaya ou Vajrakila (tib. Do-rje Phur-ba) "la dague adamantine", appelé
également Vajrakumara (tib. Dor-je gzhon-nu) "le jeune diamant". Il est la forme
extrêmement courroucée du bouddha Vajrasattva, la forme semi courroucée étant
Vajra Vidharana (Tib. Dorje Namjom) et la forme courroucée Vajrapani.
Vajrasattva est un bouddha du courant vajrayāna.

Purificateur du karma, il concentre les énergies et la sagesse des cinq dhyani
bouddhas dont il est parfois décrit comme l'essence. La pratique de Vajrasattva
est centrée sur la confession et la purification. Une des principales déités des
tantras anciens, hérouka courroucé, Vajrakilaya est la divinité yidam qui
incarne l' activité éclairée de tous les bouddhas et dont la pratique est
célèbre pour être la plus puissante pour éliminer les obstacles, détruisant les
forces hostiles à la compassion, purifiant la pollution spirituelle et à
atteindre promptement les accomplissements ordinaires et suprêmes.

Il est la divinité du poignard magique phurba , symbole de la pointe acérée de
la sagesse immobile sur le pouvoir de la bonté . Cet archétype a une utilisation
yogique très spécifique et n'est pas simplement considéré comme une divinité
externe à adorer ou à manipuler dans des activités rituelles . Vajrakilaya est
montré en union formidable, ou Yab Yum avec sa parédre consort Diptachakra ,
ensemble, ils représentent l'union de la sagesse et de la méthode, qui est la
compassion active . Sa couronne à 5 crânes représente les 5 addictions (ou
Kesla) transformées en 5 sagesses .

Vajrakilaya est l'une des huit divinités Kagyé, Les huit grands enseignements de
la Sadhana, ensembles d' enseignements ou de transmissions du Mahayoga confiés à
Padmasambhava et aux huit vidyadharas de l'Inde. La forme de cette statue, la
plus usuelle, est tirée du "tantra racine du courroux adamantin" (rTsa- rgyud-
rdo- rje khros- pas). Héruka à trois têtes, six bras et 4 jambes, brandissant
des vajra (tib. dorje), foudres pulvérisant l'ignorance de ses mains droites.
Une masse de flamme et plus occasionnellement un trident de ses mains gauches.
De ses 4 jambes, il piétine les mahadeva masculin et féminin (aversion et
désir).

Il déploie deux immenses ailes adamantines au tranchant acéré, et, porte les
ornements macabres des charniers. Diptachakra (tib; Khorlo Gyédepma) lui offre
de la main droite un kapala (coupe crânienne) remplie de sang et de la gauche un
kartika, ou kartrika,petit couteau à écorcher rituel en forme de croissant
utilisé dans les. cérémonies tantriques du bouddhisme vajrayana .
On dit que le kartari est "l'un des attributs par excellence des divinités
tantriques courroucées ". Il est communément appelé le «couteau des dakinis ».
Sa forme est semblable à celle des Inuitsulu ou couteau de femme, qui est
utilisé pour beaucoup de choses, y compris le nettoyage des peaux.
Alors que le kartari est normalement tenu dans la main droite d'un dakini dans
l'iconographie et la pratique spirituelle du vajrayana, il peut parfois être vu
détenu par des divinités masculines ésotériques, comme certaines formes de
Yamantaka

On le trouve aussi fréquemment dans l'iconographie de la pratique spirituelle
bouddhiste tibétaine de Chöd . De la même manière que la cloche et le vajra sont
généralement des éléments rituels appariés dans la pratique spirituelle et
l'iconographie du vajrayana (l'un est tenu dans la main droite et l'autre
simultanément tenu dans la gauche), le kartika apparaît généralement comme une
paire avec le kapala ou «crâne -Coupe". La forme du kartika, ou trigug, avec sa
forme en croissant et le crochet à l'extrémité, est dérivée de la forme d'une
forme traditionnelle du couteau de boucher indien .

Trônant sur un lotus et un coussin de soleil, Vajrakilaya siège au milieu d'un
brasier dévorant pareil à celui d'un kalpa.
Visualizza dettagli completi

Customer Reviews

Be the first to write a review
0%
(0)
0%
(0)
0%
(0)
0%
(0)
0%
(0)
  • Paiement 100% sécurisé

    Option 3 fois sans frais avec Scalapay

  • Livraison gratuite France et international

    14 jours satisfait ou remboursé après livraison (voir nos conditions de vente)

  • Excellent service client

    Direct chat
    Whatsapp +33674049312

1 su 3