Passer aux informations produits
1 de 11

AAA

pendentif amulette de protection bouddhiste Bouddha Akashagarbha mala de prière et méditation 108 perles, argent 925 or 18K bélière Garuda

pendentif amulette de protection bouddhiste Bouddha Akashagarbha mala de prière et méditation 108 perles, argent 925 or 18K bélière Garuda

Prix habituel $483.00 USD
Prix habituel Prix promotionnel $483.00 USD
En vente Épuisé
Taxes incluses. Frais d'expédition calculés à l'étape de paiement.

pendentif amulette de protection bouddhiste de Guru Rinpoche (description ci
dessous)

Argent 925 plaqué or 24 K

Dimension du pendentif 66/ 39/ 11mm Poids du pendentif seul: 67 grammes

Bélière représentant l'oiseau mythique du Bouddhisme Garuda Agate dite "nan
hong" (rouge du sud) sertis dans ses yeux Tete en argent 925 et bec en cuivre. 

Garuda, homme-oiseau fabuleux de la mythologie hindouiste puis bouddhiste, fils
de Kashyapa et de Vinatâ et frère d'Aruna, le conducteur du char du dieu Sûrya.
C'est le vâhana, ou monture, du dieu Vishnu. Il est aussi considéré comme le roi
des oiseaux. Au Tibet, Khyung (ཁྱུང) est le nom tibétain du Garuda. Venant de
l'Inde, il fut assimilé au khading de la religion bön, l'aigle à cornes d'or. Le
garuda noir est une divinité de l'école nyingmapa du bouddhisme tibétain que
l'on tient pour supprimer les affections causées par les naga et esprits de la
terre. Il est figuré sur les Lungta. Il est représenté dans l'iconographie de
Shambhala par Chogyam Trungpa pour qui il est associé à une vitesse et une
puissance importantes. Comme le phénix, il surgit des cendres de la destruction,
il est indestructible.

Au verso est conçue une roue de la vie bouddhiste tournante grâce a un roulement
a bille de haute précision allemand. 

En termes de symboles, le Bouddha, assis sous l'arbre de la bodhi, vit deux
choses. Tout d'abord, il vit une grande roue. Cette roue embrasse la totalité de
l'existence conditionnée, elle est de même étendue que le cosmos, elle contient
tous les êtres vivants. Elle tourne sans arrêt : elle tourne le jour et la nuit,
elle tourne vie après vie, elle tourne ère après ère. Nous ne pouvons voir quand
elle a commencé à tourner, et nous ne pouvons pour l'instant voir quand elle
cessera de tourner : seul un Bouddha voit cela.

Turquoises  et agate nan hong serties.

Les vitres protectrices sont réalisées en leuco saphir comme les montres haut de
gamme.

En tant que gemmologue diplômé de l'Institut National de Gemmologie de Paris,
toutes nos matières sont expertisées et certifiées.

mala de prière et méditation 108 perles de perles de coco argent 925 et cuivre 

AKASHAGARBHA

Akashagarbha est le protecteur des gens nés sous le signe du buffle et du tigre.

Il est l'un des huits grands boddhisattva du vajrayana. et l’un des treize
bouddhas de l’école tantrique japonaise Shingon. Son nom est formé de ākāśa, «
espace illimité », et de garbha, « matrice ». invoqué pour développer la
sagesse. Son culte s’est maintenu principalement au Japon.

Ākāśagarbha représente l’essence de l’éther et appartient sur les mandalas à la
famille du ratna (joyau). Selon le Soutra d’Akashagarbha , on le prie vers l’est
en attendant l’aube (aruņa) qui est sa manifestation. On dit aussi que la lune,
le soleil et les étoiles sont ses manifestations.

Compte tenu qu’une partie de son nom peut avoir le sens de « ciel », certains
ont proposé de voir une divinité céleste ou stellaire à l’origine du
bodhisattva. Ce bodhisattva est associé à un rituel d'amélioration de la mémoire
décrit dans le Soutra du bodhisattva Ākāśagarbha qui fut introduit au Japon
durant la période Nara (645-794). De nos jours encore, nombreux sont ceux qui
récitent son mantra dans l’espoir de revitaliser une mémoire défaillante.

Sur l’île de Honshu, les enfants avaient l’habitude de rendre hommage à Kokuzo
le jour de leurs treize ans pour solliciter l’amélioration de leurs capacités
intellectuelles. On prie aussi Ākāśagarbha pour obtenir l’habileté manuelle ; il
est considéré comme le patron des artisans.

En dehors de ses aspects utilitaires, le mantra de Kokûzô a aussi un effet
spirituel. Il est récité pour développer la sagesse. Kukai, fondateur du
bouddhisme Shingon, fit plusieurs fois son ascèse particulière, "le Goumanji"
rituel de 100 jours consistant à répéter le mantra un million de fois dans
l'isolement.

À l'issue du 10e, il est dit que l'étoile de l'aube, que symbolise le
bodhisattva, descendit se fondre en lui, lui apportant l'illumination. Dernier
sur la liste des Treize bouddhas du courant Shingon, Ākāśagarbha clôt aussi le
cycle des rituels funéraires en présidant la dernière cérémonie commémorative 32
ans après le décès. Ākāśagarbha a également une certaine importance dans le
bouddhisme Nichiren.

Le Seicho-ji (Kiyosumi-dera), temple où étudia le fondateur du courant, fut
construit autour d’une statue de ce bodhisattva. Selon le Gosho, recueil de ses
écrits, Nichiren vit un jour Kokûzô apparaître devant lui puis se changer en un
vieux moine qui lui remit une perle de sagesse.

Afficher tous les détails

Customer Reviews

Be the first to write a review
0%
(0)
0%
(0)
0%
(0)
0%
(0)
0%
(0)